30 septembre 2009

Sur l'autoroute 2

Sur l'autoroute Tous les jours. Et le traffic scande le tempo. La fluidité manque au quotidien. Tout comme la spontanéité. Chaque matin l'agglutination dégénérative précède le syndrome fatal: la congestion. Dans une tentative désespérée de m'extraire de la débilité motrice qui me guette, Armé d'une humble enregistreuse et d'un bon fouet, Voici quelques chemins qui s'ouvrent sur le langage. D'une façon extra-ordinaire. Ou Ritournelles pour surmonter l'hébétude du lecteur/conducteur.

1 commentaire:

LeRoy K. May a dit...

et voilà que le bourbon chauffe la route comme un kir ou un whack comme un cornac de crème glacée au mccarthy; on espère qu'il n'écrit pas en conduisant car ce serait mal se conduire presque un sauf-conduit pour Cuba;

felquiste va.